pharmacieplus - nos publications

nos
publications

Restez informés
grâce à nos différentes publications.

Sous-menu
les articles santéplus > nutrition

Troubles du comportement alimentaire
nutrition

Véritables affections psychiques, les troubles du comportement alimentaire sont l’expression d’un mal-être ou d’une souffrance bien plus profonds. Eclairages sur ces maladies, encore trop entourées de préjugés et de tabous.
Nadia Pagotto

Une maladie psychique, un reflet corporel

Les troubles du comportement alimentaire (ci-après les TCA) regroupent entre autres l’anorexie, la boulimie, les accès hyperphagiques et les troubles du comportement alimentaire atypiques. « Bien que chacun ait ses propres critères diagnostiques et ses spécificités, les frontières entre ces différents troubles sont minces. Des évolutions d’un trouble vers un autre peuvent ainsi se voir », nous explique Romana Chiappini, psychologue à l’Association Boulimie Anorexie (ABA), à Lausanne (VD). Pour cette experte en TCA, la compréhension de ces maladies est complexe. « Les troubles du comportement alimentaire sont la partie visible d’un iceberg, mais dans la partie invisible se cache un mal-être bien plus grand et profond. »  

Honte, culpabilité, repli sur soi-même… les souffrances suscitées par les troubles alimentaires sont nombreuses. « Ce sont des maladies qui prennent énormément de place dans la vie des personnes en souffrance et qui ont tendance à isoler les individus. Par exemple, lorsque partager des repas devient extrêmement compliqué, cela peut amener à un certain retrait social… Face à ces maladies, l’entourage se trouve très souvent dans l’incompréhension et dans l’impuissance », souligne Romana Chiappini. Sur le plan physique aussi, les conséquences peuvent être lourdes avec toute une cohorte de symptômes possibles. « Ce sont des maladies qui, si elles ne sont pas prises en charge correctement, peuvent quelquefois avoir une issue fatale. Il faut les prendre au sérieux », signale la psychologue.

Faire la paix avec son corps  

Dans une société qui prône la minceur et qui met en avant un certain idéal corporel, les tentations de comparaisons sont vastes et quotidiennes. En particulier, les jeunes passent un temps non négligeable sur les réseaux sociaux, bien souvent eux-mêmes relayeurs de ces idéaux. Quel est le rôle de ces derniers dans les troubles alimentaires ? « Les jeunes nous parlent très souvent de leur utilisation parfois addictive des réseaux sociaux. Culte du corps mince, sculpté, musclé, mise en scène de repas équilibrés, calcul exact du nombre de calories… les personnes sont aux prises avec ces points de comparaison dans un monde d’apparence parfait. Il est important de les sensibiliser et les inviter à prendre du recul avec ce qui est montré sur les réseaux sociaux et les encourager à considérer ce qui est bien pour elles. »

Un chemin vers la guérison

A la question pouvons-nous guérir d’un TCA ?, la psychologue Romana Chiappini n’hésite pas: « Oui, on peut tout à fait guérir complètement et durablement d’un TCA! Mais c’est un processus qui prend du temps: la guérison est un cheminement qui se construit pas à pas. » En effet, à partir du moment où la personne prend conscience qu’elle est malade, elle aimerait guérir vite, mais les changements n’interviennent pas aussi rapidement. Au cours du chemin vers la guérison, il y a souvent des moments de découragement entre l’envie d’aller mieux et la peur d’envisager le changement (c’est ce qu’on appelle l’ambivalence). Le soutien des professionnels et de l’entourage est très important dans ces moments difficiles. « Nous sommes là pour accompagner les personnes dans leurs moments d’espoirs et leurs moments de doutes », ajoute la psychologue, avant de pointer un aspect central, bien souvent incompris: « Nous devons garder en tête que les TCA ne sont absolument pas une question de volonté, mais avant tout l’expression d’un mal-être. »

ABA, une aide bienveillante

Soutenir, écouter, orienter et informer, voici les mots d’ordre de l’Association Boulimie Anorexie. « Notre rôle est d’accueillir les personnes souffrant d’un TCA, les écouter, reconnaître leur souffrance, répondre à leurs questionnements, leur donner des informations, les soutenir dans les éventuelles démarches déjà en cours et celles à venir, les orienter auprès de professionnels en fonction des besoins de chacun… », nous explique Romana Chiappini, pour qui les notions de bienveillance, d’écoute et de non-jugement font partie intégrante de son travail quotidien. Dans un cadre professionnel et confidentiel, l’Association Boulimie Anorexie reçoit les personnes souffrant d’un TCA ainsi que leur entourage. Des groupes de partage, animés par des professionnels, sont proposés une fois par mois, où une personne guérie de son trouble vient raconter son histoire. « Il nous tient à cœur de montrer aux personnes qui sont en souffrance et à leur entourage que la guérison est possible. »

L’entourage, un travail pour et avec eux

Bien souvent démuni face à ces comportements, l’entourage des personnes souffrant d’un TCA subit de plein fouet la maladie. « Parents, conjoints, frères et sœurs, amis, collègues… tous sont concernés. Souvent impuissants face à ces maladies, nous leur proposons un espace d’écoute et de soutien, des éléments de compréhension de ces maladies, mais aussi quelques pistes pour qu’ils puissent mieux y faire face. Il est important que les personnes proches restent à l’écoute de leurs besoins », relaie Romana Chiappini, qui accueille à l’Association les proches se sentant souvent impuissants. Bien qu’il puisse être une ressource importante pour la personne en souffrance, à travers l’écoute attentive et l’accompagnement, le processus de guérison appartient à la personne qui souffre du TCA et ne peut pas être réalisé par d’autres.  

 

Commandez la carteplus gratuitement

Votre fidélité récompensée !

La carteplus est gratuite et valable dans tout le réseau. Elle vous permet d'accumuler des points sur chaque achat*. Ces points se transforment en cash ou en bon d'achat.

*sauf médicaments remboursés