pharmacieplus - nos publications

+ nos
publications

Restez informés
grâce à nos différentes publications.

Sous-menu
les articles santéplus > santé

Les coulisses des tests rapides en pharmacie
santé

Le 28 octobre 2020, le Conseil fédéral annonce l’intégration des tests rapides antigéniques à sa stratégie de dépistage.

Une annonce haute en couleur 

Le 28 octobre 2020, le Conseil fédéral annonce l’intégration des tests rapides antigéniques à sa stratégie de dépistage. «En tant que pharmacien, nous n’avions pas été concertés et avons appris la nouvelle en même temps que la population. Avec notre système fédéral et les conséquences qu’il engendre, nous étions surpris d’apprendre par la Confédération que les tests seraient possibles en officine dans les jours à venir, alors que nous ne disposions pas encore des autorisations cantonales», se rappelle Julien Wildhaber, pharmacien responsable à la pharmacieplus du bourg marin, à Marin-Epagnier (NE). Quelques jours plus tard, les clients sont aux portes des pharmacies pour se faire tester et les appels téléphoniques ne s’arrêtent pas. Pour Julien Wildhaber, il a fallu être très réactif: «Nous avions besoin de formations, de matériels et d’une mise en place logistique importante, tout cela le plus rapidement possible. J’ai directement pris contact avec les autorités cantonales.» Un vent d’agitation, un mélange d’enthousiasme et d’appréhension, d’excitation et de stress… Pour Odile Jacot et Caroline Sinner, toutes deux pharmaciennes à la pharmacieplus des fontaines, à Carouge (GE), c’est le début d’un long parcours…

Un quotidien chamboulé

En plus de se démener pour trouver les solutions sécurisées pour pouvoir proposer les tests rapides, les pharmaciens doivent faire face à la réalité de leur quotidien. «Début novembre est une période très chargée pour nous. Entre les différents refroidissements de saison, les nombreuses vaccinations de la grippe et les inquiétudes de la population, nos équipes étaient déjà très sollicitées et fatiguées», nous explique Odile Jacot qui, en tant que pharmacienne responsable, a joué un rôle crucial en montrant empathie et motivation auprès de son équipe. «Certaines de mes assistantes et pharmaciennes, à juste titre, étaient inquiètes du danger que représentaient ces tests dans notre pharmacie, pour elles-mêmes mais aussi et surtout pour nos clients habituels.» Et Caroline Sinner, sa collègue, de confirmer: «Pour pouvoir proposer les tests rapides en toute sécurité, nous devions répondre à beaucoup d’exigences imposées par les autorités cantonales difficilement applicables à l’agencement des officines et au quotidien des pharmacies.»

Un mot d’ordre ? L’imagination ! 

Entre des formations théoriques et pratiques, l’approvisionnement de tout le matériel nécessaire, l’agencement de plages horaires en cohérence avec le service à la clientèle du quotidien ainsi qu’un local adéquat, les pharmaciens redoublent d’imagination pour pouvoir proposer la prestation. Alors que certaines pharmacieplus s’associent aux médecins pour proposer les tests de dépistage de manière interprofessionnelle, d’autres optent pour l’acquisition d’une tente ou d’un container afin de répondre aux exigences strictes du local (aération adéquate, entrée séparée des autres clients, wifi…). Pour la pharmacieplus du bourg marin, ce sont les horaires qui sont repensés: «Comme je n’ai pas de local avec une porte d’entrée séparée, j’ai proposé aux patients de venir se faire tester en dehors des heures habituelles d’ouverture de ma pharmacie.» C’est donc durant sa pause de midi et en fin de journée que

Julien Wildhaber enchaîne les dépistages, quitte à finir ses journées à 22 heures. «Dans ces moments-là, nous ne comptons pas nos heures. Il est important pour nous de montrer que nous sommes là pour la population quand elle en a besoin.» Du côté de la pharmacieplus des fontaines, le défi semble initialement difficilement surmontable. C’est après quelques semaines qu’elles réussissent à proposer ces tests. «Après maintes solutions envisagées, nous avons finalement vidé notre local de réserve, installé un wifi pour le paiement par carte ainsi que la partie informatique, engagé une étudiante pour nous soulager de l’administratif et aménagé des plages horaires pendant nos journées pour éviter de devoir systématiquement nous changer (habit de protection spécial).»

Une population confiante et reconnaissante

Après plus de 4 mois à proposer les tests rapides en officine, le retour de la population est très positif. «J’ai apprécié la disponibilité, l’efficacité et l’adaptation de la pharmacieplus du bourg marin pour pouvoir proposer les tests. J’ai appelé le matin et à midi, je me faisais tester. Une quinzaine de minutes plus tard, je recevais mon résultat: négatif», nous raconte sereinement Diego, 37 ans, qui présentait des symptômes de refroidissements. Pour Sara, 28 ans, il était inenvisageable de passer les fêtes de famille sans s’assurer qu’elle n’était pas une porteuse saine du COVID-19. Elle est donc venue se faire dépister le 24 décembre. «Nous avons eu une énorme demande aux alentours des fêtes, avec plus de 60 tests effectués en moyenne par jour», nous confie le pharmacien.

Des compétences médicales au service de la population

En plus de faire preuve de réactivité, les pharmaciens ont su s’adapter justement à la situation et se profiler comme partenaires clés dans la gestion de la pandémie. Pour Caroline Sinner, le rôle des pharmacies a évolué tout au long de la crise sanitaire: «Alors qu’au début, nous accompagnions principalement la population en répondant à leurs inquiétudes et à leurs besoins d’approvisionnement, en termes notamment de masques, de fabrication de gel hydroalcoolique pendant la pénurie et de médicaments, aujourd’hui, grâce à ces tests rapides, notre métier est reconnu. Pour la première fois depuis le début de la pandémie, nous avons pu mettre nos compétences médicales au service de la population, aux côtés des médecins.» Julien Wildhaber partage le même sentiment: «Nous nous profilons comme professionnels de la santé en étant à la pointe et nous continuons à nous diversifier dans les prestations de santé que nous proposons. Nous avons un rôle de santé publique important.» Quant à Odile Jacot, elle «salue que l’OFSP ait enfin donné ce rôle aux pharmacies et remercie la population pour la confiance accordée!» 

Commandez la carteplus gratuitement

Votre fidélité récompensée !

La carteplus est gratuite et valable dans tout le réseau. Elle vous permet d'accumuler des points sur chaque achat*. Ces points se transforment en cash ou en bon d'achat.

*sauf médicaments remboursés