pharmacieplus - nos publications

+ nos
publications

Restez informés
grâce à nos différentes publications.

Sous-menu
les articles santéplus > santé

Le casse-tête des stocks de médicaments
santé

« Mais pourquoi vous n’avez pas ce médicament en stock,vous êtes une pharmacie, non ? ». Et si nous vous expliquions ?
Nadia Pagotto

Le parcours du médicament  

Pour pouvoir comprendre le manque de stock de produits dans une officine, nous devons faire un pas en arrière et comprendre l’histoire du médicament et son acheminement avant qu’il ne se retrouve dans les rayons d’une pharmacie. Pour ce faire, nous avons rencontré Ivan Ivankovic, directeur des chaînes d’approvisionnement et des licences, chez Mepha. « Près de 93% de nos médicaments proviennent de sites de production européens, dont 15% de production suisse. Les médicaments sont produits dans le respect des bonnes pratiques de fabrication et répondent aux exigences de qualité strictes des autorités de santé suisses. Avant que les produits soient livrés à nos clients, ils subissent encore un contrôle qualité local afin de pouvoir être autorisés à la vente. Les médicaments sont ensuite livrés à nos clients de façon sûre et à une température de transport requise depuis notre entrepôt. » Production bien souvent à l’étranger, acheminement en Suisse, contrôles méticuleux de qualité, livraisons via les grossistes… nombreuses sont les étapes à passer avant qu’un médicament arrive dans les tiroirs d’une pharmacie.  

Une gestion fine des stocks  

Et à chaque étape, la question du stock de médicaments est centrale. « Un problème de fabrication ? De mise sur le marché ? Un manque de stock chez les grossistes ? Nous pouvons être à court de médicaments pour plusieurs raisons », relève Séverine Alves, pharmacienne co-responsable à la pharmacieplus du hêtre, à Belfaux (FR). Pour elle, le manque de certains médicaments est un problème auquel elle doit faire face quotidiennement. Du côté de l’industrie pharmaceutique aussi, gérer les stocks exige une planification minutieuse. « Nous tenons compte des besoins des clients. Une bonne disponibilité locale des produits nécessite une collaboration optimale au sein de la chaîne d’approvisionnement à l’interne, mais aussi une gestion des stocks hautement professionnelle et une livraison fiable des produits par nos partenaires logistiques locaux », explique Ivan Ivankovic. Problème mondial, les ruptures de stock ne concernent pas uniquement la Suisse. La raison en est, entre autres, la pression budgétaire générale. Elle a donné lieu ces dernières années à une mondialisation des chaînes de distribution et à une concentration des fournisseurs. Il en résulte que de nombreuses matières premières ne sont plus produites que par un petit nombre de fabricants. Comme nous le présente le directeur des chaînes d’approvisionnement chez Mepha, « s’il se passe un incident dans une usine, comme des pannes de machines, ou si la demande de matières premières augmente dans le monde entier, comme c’est le cas dans la pandémie actuelle, cela peut entraîner des ruptures de stock mondiales. »

Le choix des gammes  

En plus d’être confrontés à ces problèmes éventuels de stocks à chaque maillon du parcours du médicament, les pharmaciens et leurs équipes doivent négocier avec un autre souci important : le choix des gammes. « Nous sommes une pharmacie, pas un grossiste. Pour des questions de place, mais aussi des problèmes de coûts et de pertes, nous ne pouvons pas avoir tous les médicaments qui existent en stock dans nos rayons. Si nous avons nos tiroirs remplis de produits que nous ne vendons jamais, ils deviendront très vite échus et nous gaspillerons beaucoup de marchandises. Ce n’est pas dans notre philosophie » relève, bienveillante, Séverine Alves, qui doit souvent se justifier auprès de ses clients. Pour une pharmacie, il advient alors de proposer les justes produits qui correspondent aux attentes de la clientèle. « Une pharmacie située dans un centre commercial n’aura pas la même clientèle que celle située dans un village à la campagne. Nous choisissons les produits, les marques, les gammes mais aussi les services que nous proposons en fonction de notre situation. »

Quelles solutions pour pallier ces manques ?  

Pour Mepha, un des leaders de l’industrie pharmaceutique suisse, tout le nécessaire doit être fait pour éviter les ruptures de stock et pour fournir aux patients de bons médicaments à des prix sains. Spécialiste sur le marché des génériques, l’industrie pharmaceutique propose diverses solutions pour que la qualité et la sécurité d’approvisionnement des médicaments puissent être optimales. « Nous effectuons une planification minutieuse des ventes afin de pouvoir reconnaître suffisamment tôt les goulots d’étranglement et prendre des mesures proactives. Surveillance générale des marchés, contrôle régulier des quantités suffisantes en stock chez nos grossistes, livraisons partielles des produits en cas de goulots d’étranglement… nous mettons en place différentes stratégies », nous explique Ivan Ivankovic, avant de conclure: « Finalement, conformément aux prescriptions légales, nous avons aussi des réserves obligatoires des médicaments d’importance vitale. »

Du côté des pharmacieplus, les solutions aussi ne manquent pas. Les grossistes passent au moins une fois par jour. « Si nous n’avons pas en stock le médicament souhaité, nous le commandons tout de suite et généralement, nous le recevrons dans l’après-midi ou le lendemain », souligne Séverine Alves, qui propose volontiers une livraison à domicile si cela est nécessaire. Toujours à l’écoute des besoins du patient et de la clientèle, les pharmaciens trouvent d’autres solutions lorsque le problème ne peut pas être réglé si rapidement. « Délivrer un autre dosage et adapter la prise, changer de marque de médicament, délivrer l’original plutôt que le générique… dans 99% des cas, nous proposons une solution satisfaisante pour nos clients, sans avoir à changer leur traitement. »  

Et en temps de pandémie ?

 « En cette période particulière, nous avons pu remarquer l’effet médiatique sur la demande de certains produits. Tout d’abord avec le paracétamol, puis avec les produits à base d’échinacée. Tout le monde veut le même médicament, au même moment. Par conséquent, ce produit vient inévitablement à manquer chez les grossistes et les fabricants. Nous essayons d’adapter nos stocks et de proposer des solutions de remplacement. Nous devons rester proactifs mais ce n’est pas toujours facile. Cette année, les vaccins contre la grippe en est le parfait exemple. Tout le monde a voulu être proactif et en a commandé plus que d’habitude. Résultat: la production ne suit pas et nous devons faire face à des retards de livraison. »

Commandez la carteplus gratuitement

Votre fidélité récompensée !

La carteplus est gratuite et valable dans tout le réseau. Elle vous permet d'accumuler des points sur chaque achat*. Ces points se transforment en cash ou en bon d'achat.

*sauf médicaments remboursés