pharmacieplus - nos publications

+ nos
publications

Restez informés
grâce à nos différentes publications.

Sous-menu
les articles santéplus > art de vie / bien-être

La force du toucher
art de vie / bien-être

L’expression d’émotions lors d’un câlin, la pression ressentie à travers une étreinte, le contact peau à peau, la douceur d’une caresse, la légèreté d’un effleurement... les contacts corporels rapprochent, réconfortent, stimulent le désir, expriment la joie et l'attachement, réduisent le stress et la douleur. Et si nous en étions privés ?

Le toucher à la naissance  

Bien que le toucher soit essentiel tout au long de la vie d’un individu, c’est à la naissance qu’il joue son rôle le plus important. Lorsqu’il sort du ventre de sa maman, le nouveau-né ne voit pas au-delà de 30 centimètres de distance et n’entendra bien qu’à ses quatre semaines : c’est par le toucher qu’il appréhende et apprivoise son nouveau monde. Constituant sa première capacité sensorielle, le toucher représente pour le nouveau-né la façon la plus immédiate d’interagir avec son environnement. Les contacts physiques de ses parents lui permettent de sentir les limites de son corps et de se percevoir en tant qu’individu. De plus, le toucher va non seulement stabiliser la respiration du nouveau-né, mais aussi réguler sa température et même son taux de glycémie. L’absence de contact physique dans les premiers mois de vie aura des effets importants sur certaines étapes du développement du bébé.

En 1958, Harry Harlow, psychologue américain, a mené une expérience avec les macaques rhésus, considérés comme nos proches parents, en étudiant le comportement des bébés séparés de leur mère pendant leurs premiers mois de vie, en les nourrissant comme ils en avaient besoin mais en les privant de contact maternel. Bien qu’éthiquement controversée, cette étude a démontré l’importance de l’accompagnement dans les premiers stades du développement des primates. Parmi les singes qu’on se contentait de nourrir, un grand nombre mourait après quelques mois, les autres présentaient de nombreuses séquelles mentales et physiques irréversibles (altération de la croissance, incapacité à mémoriser, système immunitaire moins développé). A cette époque, les besoins d’attachement et de contact étaient largement sous-estimés. Les travaux du psychologue américain ont été repris et transposés chez les êtres humains, notamment pour développer la  théorie de l’attachement (John Bowlby, 1969) qui souligne le rôle déterminant des interactions et du toucher mère-enfant.  

Du côté de la chimie

Le toucher induit une stimulation dans tout le corps : c’est l’organisme dans son ensemble qui est modifié, et cela vaut pour les bébés et pour les adultes. On n’observera pas le même effet si l’on se touche soi-même ou si le contact provient d’autrui, et heureusement. Nous touchons notre propre corps constamment, en particulier le visage, que l’on toucherait entre 400 et 800 fois dans une journée. Le cerveau apprend à repérer l’origine du contact physique : lorsque l’on se touche soi-même, les études montrent que l’activité de certaines zones du cerveau est presque à l’état de repos : en revanche, lorsque c’est autrui qui nous touche, de nombreuses régions du cerveau s’activent, en particulier les zones qui nous permettent d’identifier les pensées et intentions de l’autre. Bien que le stimulus soit le même, le contact pourra déclencher différentes réactions, allant d’un immense bien-être à une profonde aversion. Ainsi, une étreinte par la personne bien-aimée pourra être apaisante, un câlin d’un ami réconfortant fera baisser la fréquence cardiaque, une caresse de l’amoureux stimulera et accélérera les battements du cœur.  

Lorsqu’un contact physique est perçu comme positif par le cerveau, son système de récompense va s’activer et des hormones vont être libérées, notamment l’ocytocine. Celle-ci, appelée aussi hormone de l’affection, joue un rôle prépondérant dans la relation à l’autre : elle va renforcer le sentiment d’attachement, d’intimité et de proximité. Si elle stimule le désir, l’ocytocine consolide aussi le lien de confiance et le sentiment de sécurité dans la relation à long terme. Finalement, elle a des effets apaisants, elle stimule la croissance et dope le système immunitaire. En bref, une hormone aux nombreuses vertus bénéfiques pour la santé ! Les études ont d’ailleurs montré que les couples qui entretiennent beaucoup de contacts physiques, et qui ont donc un taux d’ocytocine élevé, sont moins sujets au stress, ont une espérance de vie plus longue et leur tolérance à la douleur est plus élevée.  

Le toucher thérapeutique  

Lorsque l’on se fait mal, on ressent tous intuitivement le besoin de toucher et de masser la zone douloureuse. Les fibres tactiles de la peau, sensibles aux caresses, peuvent également jouer un rôle dans notre  

perception des douleurs. Les effets du toucher seraient extrêmement bénéfiques pour la réduction des sensations de douleurs aiguës, car ils ont une action antalgique. Par exemple, les études ont montré que soumis à des stimulations électriques ou thermiques, les participants qui se touchent perçoivent la douleur comme immédiatement moindre. Lorsque l’on se blesse, les fibres nerveuses sont les premières à donner l’alerte de la douleur à notre cerveau. Ce signal douloureux est également conduit par les fibres tactiles, un peu plus lentes. Ainsi, quand on masse la zone douloureuse, ces fibres transmettent simultanément les signaux positifs de cette caresse.  

En conclusion, un sens bénéfique pour notre santé

Nous l’avons vu, les bienfaits du toucher sont vastes et nombreux. Les contacts physiques sont comme inscrits en nous, dès la naissance, et ont un effet immédiat sur notre corps et dans notre cerveau. Bien sûr, chacun a une perception différente du toucher : en fonction de son vécu, de sa culture, de ses représentations sociales mais aussi de sa situation personnelle. Tous ces facteurs  

interagissent et détermineront le ressenti personnel face à un contact physique. 

Commandez la carteplus gratuitement

Votre fidélité récompensée !

La carteplus est gratuite et valable dans tout le réseau. Elle vous permet d'accumuler des points sur chaque achat*. Ces points se transforment en cash ou en bon d'achat.

*sauf médicaments remboursés