pharmacieplus - nos publications

nos
publications

Restez informés
grâce à nos différentes publications.

Sous-menu
les articles santéplus > art de vie / bien-être

Consommations chez les jeunes
art de vie / bien-être

Drogues, alcools, psychotropes, mais aussi réseaux sociaux, jeux vidéo… certaines consommations à risque chez les jeunes peuvent être source de grandes inquiétudes pour les parents. Quelle est la limite? Quand doit-on s’inquiéter pour notre enfant? Quels outils peut-on avoir à disposition pour nous aider? Nous avons posé nos questions à une experte de chez Addiction Suisse. Nadia Pagotto

En tant que parents, il n’est pas toujours évident de se positionner face à ces problématiques. Nous avons rencontré Rachel Stauffer Babel, cheffe de projet à la Fondation Addiction Suisse (www.addictionsuisse.ch). Son éclairage.

pharmacieplus: En tant que parent, quand dois-je m’inquiéter pour mon enfant? 

Rachel Stauffer Babel: Si son enfant consomme et qu’il est très jeune, s’il le fait de manière régulière ou en grande quantité, par exemple boit de l’alcool jusqu’à l’ivresse, il faut réagir vite. Il est important de tenir compte de la situation générale de son adolescent s’il consomme. A-t-il des amis, des loisirs, une vie sociale? Comment les choses se passent-elles à l’école? Ses journées sont-elles structurées? Se sent-il bien dans sa peau? Prendre de la distance avec ses parents, questionner les règles et tester les limites font partie d’un développement normal du jeune: il construit son autonomie et son identité.

Ce qui peut devenir inquiétant en revanche c’est quand l’enfant s’isole, s’il est très souvent triste, ou quand il ne respecte absolument plus les limites et réagit parfois avec violence. Et c’est peut-être dans ce contexte difficile qu’il consomme des produits psychotropes. Certains signes peuvent alerter les parents, par exemple un repli sur soi, le refus de toute discussion, une motivation et des résultats en baisse à l’école ou dans l’apprentissage, un changement radical dans ses fréquentations, des problèmes de santé ou des troubles du sommeil. Souvent d’autres problèmes dans la vie d’un jeune accompagnent une consommation qui inquiète.

Qu’est-ce que je dois faire en tant que parent quand mes inquiétudes persistent? 

Le parent connaît bien son enfant, et il est important de se fier à ce qu’il ressent, d’être à l’écoute de ses propres craintes, de ses doutes. Un parent peut s’adresser à un proche qui va lui permettre de prendre du recul et mieux comprendre la situation. Il ne faut pas hésiter à s’adresser à des professionnels dans des centres de conseils pour les familles ou les services spécialisés en matière d’addiction (voir encadrés ci-contre). Les professionnels permettent, suivant les situations, de renforcer le parent dans ce qu’il fait déjà «tout juste», de diminuer l’inquiétude et la pression ou d’offrir un réel soutien pour une situation dans laquelle le parent se sent dépassé. 

Quelle serait la prise en charge de mon enfant en cas de problèmes liés à la consommation de substances? 

Beaucoup d’éléments influencent ce que vit un jeune qui consomme. Il y a son «bagage physique», ses motivations, sa personnalité, ce qu’il pense, le produit et ses effets (attendus et réels) et l’environnement dans lequel il vit. Il y aura d’abord une évaluation de sa consommation mais surtout de sa situation, du contexte dans lequel il vit et dans lequel s’inscrit sa consommation. Quelles sont les ressources sur lesquelles le jeune va pouvoir s’appuyer, chez lui et dans son entourage et quelles sont les vulnérabilités, chez lui et dans son entourage, qu’il va falloir surmonter? L’évaluation se fait avec le jeune et aussi avec la famille et tient compte de la complexité des influences. Ce sont souvent des équipes multidisciplinaires qui interviennent (psychologues, pédopsychiatres, intervenants sociaux, infirmiers). La prise en charge, thérapeutique ou socioprofessionnelle par exemple, est proposée en fonction de l’évaluation.

Un message que vous voudriez faire passer aux parents inquiets? 

Etre parent, c’est enrichissant, mais ce n’est pas toujours facile. C’est normal que votre enfant teste les limites, fasse ses expériences et prennent de la distance avec vous. Maintenez le dialogue avec votre enfant et continuez à faire ce que vous savez faire: être parent, c’est s’intéresser à ce que fait son enfant, lui proposer un cadre avec des limites qui soient claires mais pas complètement rigides. Et fiez-vous à ce que vous ressentez. Si vous êtes inquiets, cherchez de l’aide! C’est être un bon parent que de faire cette démarche.

Addiction Suisse propose des conseils par téléphone 0800 105 105 (appel gratuit) ou par courriel prevention@addictionsuisse.ch et peut fournir les adresses de centres de consultations spécialisés dans les différentes régions de Suisse. «Pour les parents, c’est souvent un premier contact vers l’extérieur. Nous les renforçons dans leur démarche de recherche d’aide, les aidons à préciser ce qu’ils recherchent ou les confirmons dans ce qu’ils font», explique Rachel Stauffer Babel, cheffe de projet, avant d’ajouter: «Pour une prévention efficace, nous cherchons à renforcer les compétences de vie des enfants, des jeunes, les compétences parentales, mais aussi à agir sur l’environnement en général. Il s’agit de diminuer l’attractivité des produits, de prendre des mesures et des lois qui protègent véritablement la jeunesse.»

En collaboration avec Carrefour Addictions, le site déjà bien connu pour les parents d’adolescents www.mon-ado.ch a été renforcé. «Ce site est maintenant une plateforme nationale, à l’usage des parents qui y trouvent des informations écrites dans un langage simple sur l’alcool, le tabac, le cannabis, l’utilisation des écrans ainsi que sur l’adolescence, les règles et les libertés, la communication et la gestion des crises», souligne Rachel Stauffer Babel. De plus, huit vidéos explicatives offrent un accès audiovisuel aux informations sur ces mêmes thèmes. 

Commandez la carteplus gratuitement

Votre fidélité récompensée !

La carteplus est gratuite et valable dans tout le réseau. Elle vous permet d'accumuler des points sur chaque achat*. Ces points se transforment en cash ou en bon d'achat.

*sauf médicaments remboursés